Mots-clefs

, , , , , , , ,

Alors, une fois n’est pas coutume, je vais prendre des gants pour éviter de mal me faire comprendre.

A l’heure où le suspect des crimes commis ces derniers jours est tranquillement chez lui en train de regarder les épisodes des feux de l’amour qu’il a loupé lors de ses voyages en Afghanistan et au Pakistan, on est en droit de se rappeler les nouvelles règles du CSA pour la campagne de l’élection présidentielle. Celle qui a amené la période d’égalité du temps de parole entre les candidats de deux à cinq semaines avant le premier tour, qu’ils soient crédités de 1% ou de plus de 20% des intentions de vote.

En gros, au moment où nous aurions le plus besoin de débats politiques, c’est là où nous en aurons le moins, puisqu’ils deviennent, par cette application, mathématiquement et matériellement impossibles.

Cette décision a été prise après les élections présidentielles de 2007 par un CSA dont le Président est nommé par… le Président de la République.

Alors je dis que nous sommes en droit d’y penser et de nous interroger, pas que nous devons fantasmer sur d’éventuels complots. Je laisse cela à certains qui le font beaucoup mieux que moi avec autant de preuves, si tant est que les preuves constituent un élément de leur démarche.

Ce qui est évident et qui apparaît encore plus évident aujourd’hui, c’est que pendant cette période de cinq semaines, le président candidat se réserve le droit d’apparaître hors campagne dans des proportions sans communes mesures avec les autres candidats.

Bien évidemment, c’est son rôle. Bien évidemment c’est son devoir et il est incontournable que la France soit unie derrière son Président, quel qu’il soit, dans ce genre de moments.

Cela n’est pas à remettre en cause.

Ce qui est à remettre en cause, en revanche, c’est cette loi du CSA qui muselle tout débat politique et laisse au Président candidat toute latitude pour soigner son image. C’est aujourd’hui dans un moment difficile, mais ça pourrait être aussi bien lors d’inaugurations, de diverses manifestations, ou de voyages à l’étranger.

Cette modification est incontournable pour éviter que nous viennent en tête des images de ce genre :

Publicités