Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

J’adore la langue française. Je détaiste les fotes. J’m pa le sms, lol… mdr. Et donc, fort logiquement, je suis pour la protection de la langue française et pour son apprentissage dans des conditions optimums. Je suis aussi pour que l’Académie Française continue d’héberger des personnes âgées sachant écrire et parler pendant les mois d’hiver.

Par contre, j’entends ce jour que la Commission générale de terminologie et de néologie a décidé de ressortir une nouvelle fournée de termes à utiliser à la place de termes anglais.

David Platiniste

Très franchement, protéger une langue est une chose, éliminer la diversité étymologique en est une autre. Pourquoi ne pas supprimer les mots comportant des racines grecques ? Pourquoi ne pas faire comme les Québécois et joindre l’accent à la parole en utilisant un français approximatif du XVIIème siècle, en se mariant entre cousins et en coupant des arbres ? [Se faire des amis au Quebec : fait ! – Énoncer des préjugés hâtifs : fait !].

Michel DJ

Tout ceci est ridicule, d’autant que certains des termes évoqués dans ce rapport sont instinctivement adaptés et remodelés à notre sauce quand on les utilise, et donneront sûrement naissance à des termes mixtes qui seront le français de demain, si le sms ne l’a pas tuer avant.

Par contre, une chose est certaine, la Commission de Terminologie ne cesse de redonner ses lettres de noblesse à un vieux terme français qui n’est pas prêt de disparaître : la branlette intellectuelle !

Cââàaalice... c't'une blague là !!

Publicités