Mots-clefs

Haaaaa… les forums…

Il existe sur le net au moins un forum pour n’importe quel sujet qui vous passe par la tête (si si !! faites un essai pour voir). Étant curieux de nature, je m’intéresse à plein de domaines différents et il m’arrive donc de me retrouver sur des forums de discussion concernant un sujet que j’ai envie de découvrir ou un sujet sur lequel j’ai envie d’échanger, d’approfondir, bref, je m’imagine déjà au coin du feu, en plein débat avec des personnes dont la connaissance fera que la soirée aura été enrichissante.

Oui, alors cela, c’était avant. Au moment des douces illusions. A l’époque où, innocent, je croyais encore à la paix dans le monde et au Père Noël (j’ai d’ailleurs encore un doute sur ce dernier, qui me semble plus plausible que la paix dans le monde).

Car depuis, je me suis inscrit à plein de forums. Les sujets n’ont que peu d’importance pour ce qui m’amène mais ils sont aussi diversifiés que les raisons qui m’ont amené à les consulter. Des passions, des jeux, des questions de débutant, des sujets connus, inconnus, maîtrisés ou non, bref, un panel assez large.

J’ai souvent oscillé entre l’indifférence et la rage, le respect et l’incompréhension en passant par des phases d’abandon. Peut-être ce soir je trouve un début de sagesse ? En tout cas ceci marque la fin de ma participation à des forums telle qu’elle fut jusqu’ici, à savoir constru-a-ctive et motivée.

Pour vous prouver ma bonne foi jusque là, je vais vous énumérer les différentes catégories rencontrées sur « LES FORUMS », cela vous rappellera surement quelque chose.

Le maitre des lieux : Il y en a plusieurs sortes mais au départ c’est le gourou, l’illuminé, le passionné, totalement dévoué au site qu’il crée. A mesure que les relations entre les clans évoluent, il passe par tous les stades. Souvent, il quittera le site, momentanément ou à tout jamais, trop dégouté par la tournure qu’a pris ce petit site si familial à ses débuts. Il est soit paternaliste soit quasi dictatorial, mais toujours plus ou moins juste et impartial et ayant à cœur de venir à bout de tous les conflits. Le gardien du temple, c’est à dire, le bureau des pleurs.

Le pro, le sage, l’ancien : Une catégorie pauvre par le nombre mais riche par sa qualité. Outre la totale maîtrise du sujet et de ses diverses composantes et annexes les plus sombres, il est capable de répondre à n’importe quelle question. Il semble connecté à toute heure, affiche un nombre de messages à faire pâlir le nouvel inscrit et bénéficie d’un signe distinctif à côté de son pseudo, souvent en rapport avec le thème, montrant que ses galons sont approuvés par le maître des lieux, et que son autorité silencieuse ne peut être remise en question. Il ne sort jamais du sujet, ne déborde pas et ignore les piaillements de la plèbe. On peut tout lui demander, la réponse sera toujours courtoise et complète, en plus de n’être jamais condescendante. Sorte de technicien du SAV.

One in a million comme on dit.

Le membre aux… heu… UN message : Une catégorie bien représentée. Il ne se présente pas, ne donne aucune indication sur ses motivations, pose une question vague sur le sujet, parfois même en langage sms, n’a pas lu une seule page du forum et donc aucun des 127 topics dédiés au même sujet où la réponse a déjà été donnée plusieurs fois dans toutes les langues. Allez, on l’a tous fait une fois sur un sujet où on était pressé d’avoir une réponse, un sujet dont nous ne sommes pas passionnés et sur lequel on ne reviendra jamais. C’est très malpoli car ça revient à prendre part à un repas où on est pas invité, à boire un coup des les verres de chacun et de s’en aller en râlant que le vin est dégueulasse. Car oui en général, le membre au UN message en écrit un deuxième juste pour dire qu’il n’a rien compris à la réponse que pourtant il avait été clair et que sur ce forum, vous êtes tous des cons.

Le mec qui répond à tout, n’importe quoi : Il y en a beaucoup et ils sont la cause de nombreux nervous breakdowns. Au contraire du pro, il répondra selon ses propres avis, ses opinions, ses expériences (souvent imaginaires), des on-dits, sans aucun souci de la vraisemblance technique. Il se fera contredire froidement par le pro dans une réponse à n tirets, où n est le nombre d’âneries énoncées, démontées une à une par des points techniques. Il reviendra à la charge en n tirets, en haussant le ton, arguant qu’il a raison car il a répondu d’un certain point de vue et qu’il n’est pas obligé d’être enfermé dans la technique. Bref c’est le connard qui a envie d’exister. Seulement, comme on est toujours le connard de quelqu’un, on s’y est peut-être retrouvé un jour. L’erreur, s’est de s’y maintenir.

Les savants qui savent, eux : Là encore, une plaie. Vous aurez votre réponse, agrémentée de tas de détails qui mettront en avant à quel point vous êtes débile de poser la question, qu’on ne peut pas poser la question A dans un environnement B si on a un cerveau et que franchement, ce sujet est réservé à des savants et vous feriez mieux d’aller voir ailleurs s’ils y sont. Ce que j’ai fait, mais malheureusement, ils y sont aussi…

Les puristes : Alors ceux-là sont rigolos. Ils peuvent être des pros dans le sens vu plus haut, mais ce sont surtout des intraitables. Là où le pro s’adaptera au novice, à ses contraintes et ses angoisses, le puriste répondra que, pour répondre à sa petite question, le newbie devra construire une station spatiale en uranium un jour de pleine lune pour que son problème trouve UNE VERITABLE REPONSE DIGNE DE CE NOM. Toute autre solution est une insulte. Il peut être agressif mais est avant tout passionné et surtout déconnecté. Il n’est pas méchant et permet même d’entrevoir les tréfonds du sujet qui ne seront abordés que par les plus forcenés.

Les membres sympas : La joie de tous les forums. Ils forment le noyau dur. Leur maîtrise relative associée à une présence en pointillé les rendent humains. Ils accueillent les nouveaux, leur expliquent les rudiments, les forment tels des maîtres Jedi accessibles. Les dialogues se poursuivent souvent par MP puis par mail, voire autour d’un verre si la distance géographique le permet.

Les modérateurs : Ce sont souvent des piliers, nommés parfois malgré eux, parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse. Difficile d’être bon, soit trop dur, soit trop tendre, c’est un poste à double tranchant. Il est vendu d’une manière plutôt honorifique mais c’est le meilleur moyen de se rendre compte de l’impossibilité de vivre ensemble.

Alors pourquoi ce titre désespéré me direz-vous ? Tout simplement parce que le forum est une vision exacerbée d’un regroupement humain. Plus le forum est peuplé, plus il est désespérant. Autant un forum à taille réduite est un plaisir, car rares seront les débordements, autant un forum peuplé suintera les pires sentiments humains.

Dernier exemple en date, le Ramadan. Sur un des forums que je fréquente, un membre a créé un topic pour souhaiter un bon Ramadan à ceux qui le faisaient. Ça partait d’un bon sentiment, surtout quand il tombe dans les mois les plus chauds avec les jours les plus longs. J’ai ouvert la discussion pour jeter un œil, mais il était déjà trop tard. Les renvois à la charte, associés aux remarques à la limite de l’insulte avaient donné à cet espace le goût amer de la défaite de la vie en communauté au profit de celle en communautés.

Le titre du sujet étant « Ramadan », pourquoi cliquer dessus si on se couche sous un portrait de Sarkozy à Sangatte ou une photo de Brice Hortefeux devant un camp Rom ? Ayant un collègue qui s’adonne à ce jeûne qui force au moins l’admiration de mon estomac, j’y ai plus vu un clin d’œil sympathique qu’un appel à la religion.

Mais bon, ceci est inévitable et n’est malheureusement qu’un faux pas de plus. Il est difficile de rester stoïque devant les réponses débiles de certaines des catégories citées ci-dessus, aussi, j’ai décidé de m’abstenir de participer à la vie de quelque forum que ce soit.

Je vais m’en tenir à la simple lecture, avec au pire consultation des sages. C’est dommage car comme je le disais, je me plais à imaginer de longues discussions sur des sujets improbables avec des personnes de bonne compagnie. Pire, des débats. Mais quel vilain mot, puisque certains en sont arrivés à interdire le débat car, à chaque fois, en cinq messages maximum, Godwin et ses compagnons avaient déjà eu raison du sujet d’origine.

Le Net a cela de terrible qu’il enlève les barrières de l’éducation en projetant les individus les uns aux autres, les laissant se balancer des choses qu’ils n’oseraient jamais se dire dans une discussion de café.

Déjà que les discussions de café n’allaient pas loin, je vous laisse imaginer ce qu’il nous restera bientôt comme débat possible au milieu des 60 millions de journalistes et de spécialistes de tous les sujets, dont malheureusement, ce blog l’atteste, je fais partie…

Le Ramadan et le jeûne en général consistant finalement à mes yeux à prendre un peu de recul sur nos vies et nos acquis en favorisant la réflexion, c’est une bonne occasion pour s’éloigner de la surenchère verbale permanente qui ne s’arrête que lorsque chacun a crié sa vérité plus fort que l’autre.

 

 

 

Publicités