Mots-clefs

, ,

Bon, élire un président américain qui n’a jamais brulé de croix dans le jardin de ses voisins : fait !

Maintenant, revenons sur notre pauvre France.

A l’heure où on peut entrevoir le début d’une espérance de début de modification sociale dans le pays modèle de notre président N. S., faisons le point sur quelques mesures.

Pouvoir travailler jusque 70 ans. Que voilà une bonne chose. Dans un pays où trouver un emploi après 45 ans devient un sacerdoce, il est donc probable que nous pourrons compter sur des emplois précaires et voir nos têtes grises nous servir des hamburgers comme chez l’oncle Sam. En effet, les cadres et autres salariés de grosses entreprises resteront en place plus longtemps, mais les salariés moins chanceux devront recourir à des sous emplois et batailler avec des étudiants dont on a depuis longtemps coupé les bourses.

Heureusement qu’il nous reste la possibilité de pouvoir bénéficier d’allocations chômage en cas de coup dur pendant… heumm… le temps de refuser deux offres valables. Bien joué N. S. !! Il avait commencé en tant que ministre à précipiter tous ceux qui entrevoyaient la fin de droit. Une fois président, tout s’accélère et maintenant ces tas de feignants ne pourront plus refuser plus de deux offres à 70% du salaire. Mais comme cela ne concerne majoritairement que les bas salaires, ce sera deux offres au hasard, que les employés des ANPE, commissionnés au chiffre, pourront proposer à plusieurs sans emploi. Du coup avec 100.000 offres, on pourra radier 3 millions de chômeurs.

Ouf ! Il nous reste notre système de santé. Hein ? Ha, bon, ok ! Quelques milliards de déficit cumulé, même pas annuel, et on refuse de mettre au pot pour la santé des français. Pire encore, on taille dans les dépenses en comptant sur les mutuelles qui vont vite devenir aussi chères qu’outre atlantique.

Un bel espoir donc. au moment où les Etats-Unis pourraient se remettre en cause, nous sommes en train de copier leur modèle social tiers-mondiste. Et à vitesse grand V encore !

Espérons que N. S. n’ait pas tout détruit quand on lui aura retiré son jouet dans 4 ans. Car gageons que dans notre infinie sagesse nous saurons lui retirer des mains, devrons-nous supporter une de ses grosses colères. Pour nous le rappeler, la crise sera passée par là, et avec elle son million de chômeurs en plus. A la différence que cette fois les chômeurs ne seront pas indemnisés et ne pourront donc pas consommer, embourbés dans une nouvelle pauvreté bien inutile qui abaissera la consommation et ne pourra briser le cercle vicieux. Celui-ci à défaut d’être évité, aurait pû être amorti par l’aide de l’Etat, car il vaut mieux un feignant assisté qu’une famille dans la misère.

Enfin, je vais peut-être un peu vite en besogne car en face il n’y a toujours personne. Attendons le 6 novembre pour voir si notre Sarah Palin royale nationale réussit le braquage parfait au milieu de candidats bien ternes. A moins qu’il ne faille attendre le retour de notre French Lover !!

Edit trois années après : Bon pour le French Lover, c’est rapé, il s’est brûlé les burnes ailes outre-atlantique. Mais Ségolène est encore en course, oui ENCORE !!!

Publicités