Mots-clefs

ou pourquoi une future vice-présidente n’aurait pas le droit au bonheur ?

Tout les ans, on se souhaite une bonne année, on s’embrasse, on se tripote sous le gui et on a l’air d’un con avec une coupe à la main dans une fête qu’on déteste avec des gens qui parlent fort et que peut-être on a jamais vus.

A Noël, on picole encore pour oublier qu’on fête la naissance d’un mec mort trop jeune, heureusement après avoir inventé la recette du pain pas perdu pour tout le monde. On est encore avec des gens qui parlent fort et que peut-être on a trop vus.

A päques, on picole encore en courant à moitié nu dans le jardin sous pretexte d’aider les enfants à trouver des oeufs avant d’aller regarder le mec en blanc à la télé.

D’autres croyances poussent à faire encore des tas d’autres choses que nous mêmes faisons sans trop croire à grand chose, pauvres de nous.

Alors aujourd’hui on ne va pas pinailler parce que Sarah P., pour ne pas la nommer, à participé à un exorcisme organisé en son honneur. On lui souhaite la santé, le bonheur, de l’argent, le pouvoir, une guerre sainte et des jolis animaux d’Alaska à empailler…

Elle avait juste un peu plus picolé que nous !!

C’est juste qu’il fait froid en Alaska !!

Il fait froid, et on se fait chier !!

Alors quand on croise un Kenyan un peu festif (peut-être le père d’Obama qui sait ?), hé bien on se lache un peu et on réchauffe nos âmes engourdies après une bonne partie de chasse au gnou.

Allez, tous avec moi, versez-vous une petite lichette, ça vous aidera à oublier que cette fêtarde invétérée viendra chercher des armes de destruction massive dans nos jardins l’année prochaine.

Communions ensemble pour que tous ses voeux soient exaucés.

Publicités