SONDAGE DE L’ÉTÉ

The_Lion_Sleeps_Tonight_by_Tight_Fit

*peut-être remplacé par d’autres sujets

PS : Bien évidemment, que ce chasseur crève dans son coin, on est tous d’accord.*

The_Lion_Sleeps_Tonight_by_Tight_Fit

Publicités

BOLLORÉ MÈNE CONTRE LES GUIGNOLS PAR 35.000 à 0

Mots-clefs

, , ,

Y’a vraiment rien qui me fasse rire concernant les guignols ces dernières années, à commencer par eux. Si Canal + avait guillotiné les guignols quelques années plus tôt, ça se serait passé dans l’indifférence générale et quelques « dommage, ils nous auront quand même bien fait marrer ! ».

Mais ce qui se passe a de quoi retourner le ventre. Car la manière est vraiment révoltante. A l’heure où par exemple le président de BPCE doit passer devant la justice car catapulté par Sarko en son temps sans se soucier des règles déontologiques, on voit Bolloré arriver avec ses gros sabots à deux ans des présidentielles.

Sarko Bolloré

Je passe tout ce qui a été dit et répété pour me concentrer sur un des arguments que l’ont voit fleurir dans tous les articles qui en parlent, TOUS !

LES 35.000 € mensuels gagnés par les deux plus anciens des guignols.

Là, je dis bien joué Bolloss ! Réussir à imposer ce message à tous les médias et faire que dans deux jours tout le monde ne parle que de ce salaire hors norme au lieu de parler de cette prise de pouvoir par la force, c’est quand même la classe venant d’un mec à la fortune estimée à plus de 11 milliards d’euros.

Bolloré

Y’a pas à dire, c’est bien joué.

Vincent Bolloré a annoncé un jour qu’il prendrait sa retraite en 2022 pour le bicentenaire de l’entreprise familiale, ai-je lu.

2022… il a le sens de l’humour.

Elmore Leonard (1925 – 2013)

Mots-clefs

, , , , , ,

Elmore Leonard. Photograph: Marc Hauser/Getty

Quand Hollywood ne sait plus quelle suite pondre, elle sort une carte postale de Philip K. Dick ou une serviette en papier d’Elmore Leonard et en fait un film.

Ce dernier vient de s’éteindre à l’âge de 87 ans.

La liste de ses adaptations au cinéma me prendrait la nuit, donc wikipédia est votre ami.

C’est par lui que je suis arrivé à tous ces auteurs de polars déjantés cyniques comme Donald Westlake, Tim Dorsey, Carl Hiaasen…

J’ai deux projets d’écriture en cours depuis quelques années, les deux ont vu leur parrain nous quitter en 2013.

Avec Jack Vance et Elmore Leonard, c’est d’ailleurs une partie non négligeable de ma bibliothèque qui est en deuil cette année, année particulièrement impitoyable (une pensée pour Richard Matheson et Iain Banks – seulement 59 ans – et aussi pour Roland C. Wagner – 51 ans – disparu en 2012).

Jack Vance (1916 – 2013)

Mots-clefs

Jack-VanceFred Jaguenau – Juillet 2011

 

Jack Vance est parti un peu avant ses 97 ans visiter tous les mondes qu’il a imaginés, découverts ou créés, comme ça, en douce pendant son sommeil, après une vie qui donne le vertige.

Aveugle depuis plusieurs années, il a continué à écrire jusque 2004 (et même 2009 pour sa biographie).

Des images emplissent ma tête instantanément. J’ai toujours un de ses livres pas loin de moi.

Chaque soir quand c’est possible, je regarde la Lune et les étoiles avant de m’endormir et quand mon esprit se perd et voyage dans des mondes invisibles à l’œil non averti, il n’est jamais loin non plus.

Un maître s’est éteint…

Admiration et Profond Respect.

Merci pour tout !

Only God Forgives ! – Ze Big Spoilage !!!

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

nous sommes deux sœurs jumelles... enfin surtout moi

nous sommes deux sœurs jumelles… enfin surtout moi

J’adore le cinéma !

Du coup, je déteste le Festival de Cannes… et je ne vais pas vous expliquer pourquoi. Soit vous le savez, et on va juste se faire un petit clin d’œil, soit vous me détestez déjà et je vous propose de naviguer ailleurs, marin d’eau douce !

Chaque année, j’évite le sujet. Quand on me parle du Festival, je ferme les yeux et je pense à un champ de blé, à une colline, au vent dans mes cheveux dorés, au soleil couchant, à quelques chats crucifiés finissant de rôtir au soleil… hem… je m’égare. Bref, comme je ne regarde pas la télé (non pas par snobisme, c’est juste que ça me fait chier, je dis ça pour ceux qui me sortent régulièrement « ouah, genre tu regardes pas la télé, tu fais ton rebelle »), c’est plutôt facile.

Mais cette année, le festival des poufiasses à talons, qui malheureusement ne tombent jamais durant la montée des marches (vu que je ne regarde pas la télé, je ne les verrai même pas tomber… zut), m’a rattrapé. Alors je vais me venger. Et pas qu’un peu.

Je vais vous parler du dernier film de Nicolas Winding Refn. Celui là même qui avait fait l’excellent Drive.

Ryan-Gosling-Drive-movie-image-2D’habitude, j’ai tendance à me méfier des mecs dont le nom est composé à 75% de consonnes, mais j’avais aimé Drive. Nous ne sommes plus habitués à des bonnes réalisations, du coup, Drive a été un rayon de soleil au milieu de ces dernières années pauvres d’un point de vue cinématographique (parce que sur les autres plans on se gave depuis la fin de la crise qui n’est pas tout à fait finie mais qui est quand même derrière nous… oui là, juste derrière). Alors du coup on a bien besoin d’un peu de soleil. Ainsi j’avais aimé Drive en répétant depuis que c’était un excellent film si l’on exceptait la scène complètement inutile de l’ascenseur.

C’est donc le sourire aux lèvres que j’achetais mon billet pour « Only God Forgives », dont le seul titre murmurait quelque chatoyante promesse à mon cerveau déjà acquis.

Fatal Error !

Déjà, Dieu ne joue même pas dans le film. Bon ça on a l’habitude. C’était juste pour dire.

Par où commencer ?

Pour vous situer l’ambiance et ne pas vous laisser à la traîne, Only God Forgives c’est un peu comme si Tarantino sodomisait David Lynch pendant une projection d’Irréversible.

tarantino_sans les mainsDit comme ça, ça peut paraître excitant si vous êtes un peu tordu ! Mais non en fait…

Only God forgives c’est l’histoire d’un flic fan de Karaoké qui coupe des mains, d’une mère autoritaire qui n’aime qu’un seul de ses fils (celui qui tue des prostituées) et d’un fils mal aimé qui a perdu ses clés de voiture.

Ryan 2Le flic, c’est comme Dieu, sauf qu’il ne forgive pas du tout !

Flic 2Au début, le frère de Ken (le frère mal aimé) tue une prostituée, juste pour se calmer parce qu’il est très énervé. Comme il est un peu flapi après coup, il décide de rester un peu sur place pour se reposer, l’air hagard. Le flic de Bangkok – soyons clairs, y’en a d’autres des flics à Bangkok mais ils ne sont là que pour servir de faire valoir au magicien cacheur de sabre – Ze flic de Bangkok donc, fait venir le père de la jeune femme prostituée qui git au pied du lit, dans une marre de son sang (c’est de l’art, c’est dans la pénombre, pas facile à rendre comme ambiance, chapeau !). Il les enferme tous les deux dans la chambre en se disant qu’ils ont surement plein de choses à se dire. Effectivement, on entend que ça s’agite à l’intérieur avant de découvrir qu’on peut obtenir le même résultat sur un crane avec n’importe quel objet différent d’un extincteur (c’est de l’art, c’est dans la pénombre, pas facile à rendre comme ambiance, chapeau again Mr Rfgn !).

A partir de là, comme on dit, tout s’enchaîne.

Le flic se révèle un peu déstabilisant en amenant le père qui vient de se venger dans un terrain vague. Il lui reproche de laisser ses filles se prostituer. Le bon point c’est que jusqu’ici, on comprend à peu près tout. Alors après un peu de blabla pour faire monter la tension, il sort un sabre de nulle part et coupe les mains du père afin qu’il n’oublie pas ses autres filles.

Coupe mains père 2Une fois les réprimandes effectuées auprès de tout le monde, Johnny Bangkok s’en va au Karaoke sans texte avec ses potes. Son truc, c’est de se détendre en poussant la chansonnette devant tous ses collègues, et c’est encore mieux s’ils ont vraiment l’air de se faire chier.

Voilà, ce sera ça le cycle : flic omnipotent qui voit tout-sait tout, il fait ses manigances, sort des sabres de sa chemise, coupe des mains en vrai ou en rêve, fait quelques variantes avec des cuisses ou des yeux, puis s’en va chanter un peu.

Ken, lui, c’est une sorte de violent repenti blasé qui faut quand même pas trop faire chier.

Il tient une salle de boxe qui sert de couverture à un trafic de drogue, mais au global il a plutôt l’air cool. Il aime la bagarre et regarder les prostituées fouiller partout dans leurs petites affaires pour voir si elles n’auraient pas perdu quelque chose (je rappelle qu’il a perdu ses clés de voiture et que c’est un grave traumatisme, alors ne jugez pas !).

Quand il apprend que son frère est mort, il convoque de manière arbitraire le meurtrier avec quelques amis. On ne sait pas bien comment il connaît toute l’histoire mais bon, c’est tous des gens balèzes, sinon ils joueraient pas dans le film. Reste que même si c’est un bad motherfucker, il laisse la vie sauve au père. Après tout, le frère s’est mis dans la merde tout seul. Tuer une prostituée avant qu’elle ne retrouve ses clés ne lui dit vraiment rien qui vaille. Il opte pour la non violence et va se faire une soupe (on ne le voit pas mais c’est largement suggéré. Il faut dire aussi que je suis assez calé en cinéma !).

ONLY-GOD-FORGIVES-RYAN-GOSLING-2Tout aurait pu se finir comme ça. Laissez-moi vous le dire, ça aurait fait du bien à beaucoup de monde. Mais c’était sans compter sur sa mère…

La mère, c’est genre la toxico incestueuse qui préférait son autre fils parce qu’il avait « une plus grosse bite ».

Un peu vulgaire, elle fait un long trajet pour venir pleurer son fils meurtrier mort. Du coup, elle est un peu énervée et va donc fort logiquement ruiner le karma du film qui nous avait apporté harmonie et sérénité jusqu’ici.

Elle veut que son fils soit vengé et peste qui sa lopette de boxeur ne veuille pas exécuter la basse besogne. Elle embauche donc quelque mercenaire local qui lui-même fait appel à de la main-d’œuvre pas chère pour tuer le père d’abord, puis le chef de la police.

mother2Bon pour le père, c’est facile, c’est rapide, c’est de dos et couic (même si c’est toujours de l’art, c’est dans la pénombre, pas facile à rendre comme ambiance, re-chapeau again Mr Rfhgn !!).

Par contre, forcément, pour le crooner ninja, ça va être un peu plus dur. Tout le monde meurt autour de lui mais il court se faire Michel Polnareff à grand coup de poêle à frire bouillante pour pouvoir remonter la filière et punir les nuisibles. Son truc ça reste de couper les mains, c’est bien suggéré, mais là ça ne peut pas suffire, alors il occit à mort mû d’une ferme décontraction².

Décontraction2Après ça part en sucette vous l’aurez deviné. Le fils qui passait pour un baba cool jusque là est obligé de s’en mêler et de se (faire) battre par le boss de fin de niveau avant la fin du niveau, dans un combat de boxe complètement déséquilibré. La mère qui n’avait rien à faire là passe devant son fils à terre juste pour lui faire remarquer que c’est vraiment une grosse merde et qu’il devra rentrer à pied (oui ! il n’a toujours pas retrouvé ses clés de voiture… vous suivez ou pas ?).

Alors c’est vengeance et sur-vengeance, mais dans le tumulte, le gentil fils dealer épargne la petite fille du Kung-fu master.

Fatigué par ces péripéties et pressé d’aller chanter devant ses collègues avachis, le justicier se fait un devoir de remercier Ken en tuant sa mère, qui franchement l’avait bien cherché.

Chanteur2Quand Ken retrouve sa mère, il a soudain une intuition qui lui permet de retrouver ses clés. Fallait juste y penser !!

Au final, tout est bien qui finit bien, et on est déjà content que ça se finisse. J’ai passé un an à dire que la scène de l’ascenseur de Drive était de trop, c’était pas pour me voir infliger un montage complet de toutes les scènes d’ascenseur que Mr Rfhgnr avait en stock.

Faire un résumé du film, aussi parodique soit-il, laisse penser que ce n’était pas forcément si mal et que ça aurait même pu gagné son pari si Mr Rghfrghn n’avait pas choisi de se faire un délire contemplatif.

Cannes m’a rattrapé, c’est peut-être bien fait pour moi, mais si ce réalisateur pense s’endormir sur les lauriers qu’on lui a tressé, il ne sera pas le seul à s’endormir et finira probablement en tête d’affiche du Festival International du Film Chiant (qui existe bel et bien, merci Stef pour ce tuyau !).

1 : Vous pouvez quand même aller le voir, mais dites plutôt que vous venez de la part de Catherine Deneuve.
2 : Celle là, c’est cadeau, même si occire ne se conjugue pas.
3 : Dans ce film, retourner dans le ventre de sa mère prend tout son sens !

La Barquette de Fraises

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

Je suis dans la merde…

Mais vraiment. Vous moquez pas.

Je suis VRAIMENT dans la merde !!

Je suis en train de faire les courses, et comme chaque semaine, mécaniquement, je prends la même chose. Mais aujourd’hui, je passe dans le rayon fruits et légumes, et soudain, je vois des fraises. Des belles fraises, bien grosses, bien rouges. Je les suppose juteuses et sucrées. J’imagine déjà les différentes manières de les manger. Nature, avec du sucre, de la crème, écrasées, en tarte, bref, j’ai vu des fraises et mon cerveau qui se sort à peine de l’hiver est tout retourné.

Alors, que faire ? Comme dirait mon ami Monsieur Manatane.

D’habitude, je ne prends pas de fraises. Ce qui veut dire que si je les prends, le prix de mon caddie va être supérieur aux fois précédentes. La barquette est à 3.50€. En moyenne, chaque semaine me revient à 120€ pour nourrir la famille. Si je prends ces fraises, j’augmente de 2.92% ma consommation hebdomadaire. Si je n’en prends qu’une fois ce mois ci, en considérant qu’il y a 4.33 semaines par mois, j’augmente ma consommation mensuelle de 0.67%. Les calculs tourbillonnent dans ma tête. Si je me prive d’autres choses, je peux même réussir à en prendre plusieurs fois ce mois, et comme je supprimerais des choses plus chères, quand je fais le calcul, j’arrive à une baisse de mon ticket de caisse de 0.43%.

Je sais que ma décision est cruciale. Le mois prochain, les marchés boursiers vont réagir en fonction de ce choix. Que je décide de sacrifier un achat régulier pour ces fraises et David Pujadasse (oui c’est voulu – sorte de journaliste fadasse) danse déjà devant mes yeux :

« Baisse de la consommation de 0.43% en France sur le mois de mai. La récession est là, les entreprises se crispent devant le recul de cette consommation. Les banques du coup ont accordé moins de crédits. L’Etat voit ses recettes baisser et décide d’augmenter les impôts. L’incapacité de remettre la France sur les rails oblige les marchés à augmenter les taux d’intérêts. La dette explose… ».

Que je décide de prendre ces fraises en plus, après tout pour cette fois je peux me le permettre, et Cher Klazal (la journaliste qui ne vieillit que du cou) vient alors m’annoncer d’autres nouvelles :

« Explosion de la consommation des ménages en France sur le mois de mai avec une formidable hausse de 0.67%. Nous n’avions pas vu ça depuis 25 mois. Il semble bien que l’élection de François Hollande ait redonné confiance au pays. Les marchés plutôt sceptiques auparavant saluent cette confiance. L’Etat croit de nouveau à la croissance et fait un budget un peu plus déficitaire pour soutenir cet embryon de croissance en vue. Les entreprises investissent, les banques suivent… »

Alors du coup, je pourrais choisir de ne pas les prendre, mais c’est alors au tour de Lolo Ferrari (l’amie de DSK) de venir me tenir au courant de ce qui se passe :

« Encore un mois de stagnation pour la consommation en France. Le mois de mai n’a pas vu la confiance annoncée. Devant la crainte d’une récession, les marchés ont annoncé… »

Je comprends pas tout ce qu’ils disent à la télévision mais je sais que c’est important.

Alors je scrute ces fraises avec attention et je m’aperçois alors qu’il y a trois sortes de barquettes. Je refais mes calculs car il y a trois prix différents. C’est alors que je me rends compte d’un autre élément important. Chaque barquette provient d’un pays différent. France, Espagne et Maroc.

Tout tourbillonne à nouveau dans ma tête. Je deviens fou.

« La consommation des produits français en hausse sur le mois de mai. Du jamais vu depuis 17 mois. Il semblerait bien que… »

« L’Espagne a vu ses exportations monter sensiblement sur le mois de mai. Les marchés ont salué cette performance et ont baissé les taux d’intérêts immédiatement… »

« Les agriculteurs européens se sont réunis pour la grande manifestation. Ils ont détruit 10 tonnes de fraises devant le parlement européen en guise de protestation contre les prix du Maroc et d’autres pays extérieurs à l’Europe. Les marchés y voient l’incapacité de l’Europe à faire face à la crise. Les notes de trois nouveaux pays ont été abaissées… »

J’ai vu votre sourire au début. Vous vous moquiez de moi. Vous pensiez que je pipotais et que j’étais pas du tout dans la merde. Maintenant, vous savez…

Je suis vraiment dans la merde !!!

Un Poutou dans le coup, ça peut être extrême !!

Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle de notre beau pays, on se surprend à découvrir ou redécouvrir les candidats secondaires souvent relégués au rang de figurants.

Le dernier en date, c’est Philippe Poutou. Tellement sympa, tellement simple, tellement représentatif du peuple qu’on en oublie qu’il pendrait la moitié de la population française à des crocs de boucher s’il était élu.

La campagne est descendue tellement bas, qu’on oublie également que le but n’est pas de voter pour quelqu’un qui ressemble au peuple, mais pour quelqu’un qui fera quelque chose pour le peuple.

Nous sommes à ce point perdu, refusant Hollande et ne pouvant plus imaginer Sarkozy à la tête du pays, que tous les extrêmes se faufilent vers la troisième place quand le grand gagnant sera l’abstention et que les deux « grands » se partageront la seconde place.

Ainsi, si Mélanchon et Le Pen mobilisent, on remarque en parallèle que Philippe Poutou accroche l’attention au delà de quelques illuminés nostalgiques des purges communistes. Il est relayé par les médias et on se surprendrait presque à imaginer un monde mis entre les mains d’égalitaristes qui ont sur les mains au moins autant de pauvreté et de sang que les capitalistes.

Alors attention, la semaine prochaine, quand vous mettrez le bulletin dans l’enveloppe. Si l’élection présidentielle est l’élection d’un Homme avant tout, n’oubliez jamais de regarder à quel parti il appartient, ce que ce dernier propose et quels sont ses antécédents. Si les leaders n’ont rien de neuf à proposer, si le changement est inévitable, attention quand même à ne pas donner trop de poids à des personnes trop déconnectées de ce que peut être la gestion d’un pays.

De tous les maux, nous devrons choisir le moins pire, nous sommes bien d’accord là dessus. Notre responsabilité sera donc de limiter les dégâts, c’est la seule chose que nous ayons peut-être encore entre les mains.

Tout est Permis !!!!

Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Alors je ne vous le cache pas, je suis heureux.

Très heureux !!!

J’avais eu peur avant la campagne qu’on ne parle que de ce qui n’intéresse personne. Franchement, qui se soucie de la crise, de la dette, des marges énormes de la grande distribution, des taxes sur l’essence, de ce que la finance est devenue, de l’avenir de la France… bref, j’étais anxieux.

Vous l’imaginez, je suis soulagé. La campagne s’envole… tout là haut. Du coup, le génie des candidats est tel que ça va être vraiment difficile de choisir celui qui aura l’honneur de représenter ce pays des Lumières que fut la France il y a bien longtemps.

Après le Halal, ce que pensent les candidats les uns des autres, la parole donnée à ceux qui feront 0.25%, l’absence de débat et, entre autres, un focus particulier sur ces hordes de terroristes qui viennent jusque dans nos bras, égorger nos… enfin bref, après tout ce qui avait déjà comblé toutes mes attentes, les candidats terminent dans un feu d’artifice en abordant un thème central que je n’espérais même plus tellement j’ai été déçu par la politique ces dernières années.

LE PERMIS DE CONDUIRE !!!

Merci, mesdames et messieurs les candidats. Du fond du cœur, merci !!